↑ Retour à Le Club

Imprimer ceci Page

Histoire et mission

Un peu d’histoire…

En début d’année 1983, M Claude Fournier, professeur d’éducation Physique à l’école McDonald Cartier (aujourd’hui Héritage) homme actif et passionné, reconnu pour ses idées et ses initiatives propose au conseil d’administration du club Optimiste de Saint-Hubert de fonder un club de natation pour Saint-Hubert.  La proposition reçoit un accueil favorable et le président d’alors, M. Michel Dorris mandate M. Yves Couturier de créer un comité pour compléter les démarches à la fondation du club. Quelques mois plus tard, en septembre 1983, le club de natation Hippocampe de Saint-Hubert voit le jour et trois membres composent le conseil d’administration soit : M. Yves Couturier, président, Mme Kathleen Dorris et Mme Nicole Dumont, directrices.

Pour mener à bien les destinées du club, ils engagent M. Daniel Décary comme entraineur-chef, lui qui avait donné ses premières lettres de noblesses au club SAMAK de Brossard. M. Décary s’entoure de Mme Danielle Dugas et de Mme Claudine Chassé comme entraineur et 26 nageurs composent le club à sa première année d’existence. Le club dirigé par un conseil d’administration de parents sans expériences de natation mais bien conseillé par M. Décary obtient une bonne croissance et commence à se faire connaître par la population Hubertine.

En septembre 1986, M. Décary passe le flambeau à M. Guy Dorion, un jeune bachelier en éducation physique de l’UQAM et qui a cumulé 6 années d’expérience avec le club de Boucherville.  Avec son assistant de l’époque, M. Pierre Svartman; ils ont adopté une devise qui allait devenir le leitmotiv du club : Le succès appartient aux plus déterminés. Sous l’égide de parents bénévoles dynamiques dirigés par M. Gilles Desmarais, le club s’engage dans une autre voie.

En 1988, le club obtient sa licence de bingo, elle deviendra une source de financement importante pour les programmes du club. Sur le plan performance, Marisol Plouffe devient la première nageuse du club à atteindre un standard canadien junior, elle sera suivi l’année suivante par Jean-François Pagé et Jean-François Paquet.

1991 deviendra une autre année faste pour le club.   Le nouveau président, M. Gilles Malboeuf, entame des démarches pour inscrire des nageurs au programme sport-études de la polyvalente De Mortagne à Boucherville. Le plus gros défi est d’organiser le transport des nageurs. Alors aux grands maux les grands remèdes, le club doit acquéreur un minibus 20 places. Ce véhicule qui avait fait son temps mais qui avait encore du souffle, faisait le bonheur du chauffeur qui avait le chauffage et l’air climatisé pendant que les jeunes gelaient et suaient en arrière. Mais ces détails n’allaient pas arrêter Brigitte Otis qui deviendra la première nageuse à réussir le premier standard canadien senior du club, ouvrant la porte à l’excellence pour le club Hippocampe de Saint-Hubert.

Deux ans plus tard, composé de 103 membres, le club compte 3 nageurs de niveau canadien senior, 9 de niveau junior canadien et 30 de niveau provinciales AAA (l’équivalent des P2 aujourd’hui). Un dénommé Carl Cyr inscrira un « bestʺ de 23.61 secondes au 50 libre, une performance qui restera dans les 10 meilleures performances canadiennes de l’histoire chez les garçons de 15-17 ans pendant plusieurs années.

Comment passé sous silence l’année 1992 qui sera marqué par l’arrivée d’une jeune entraineuse très dynamique qui allait bouleverser la carrière de plusieurs jeunes nageurs dont les Benoit Huot, Mathieu Bois et, laissé sa trace au club Hippocampe; Mme Geneviève Monast, un gros merci au nom de tous ces jeunes à qui tu as transmis ta passion.

En 1997, le club reçoit positivement une demande d’offrir un programme en eau libre, plusieurs de nos jeunes seront tenter de vouloir relever le défi du lac St-Jean. Grâce à la disponibilité de Geneviève, le programme a pu se concrétiser pendant plusieurs années et faire vivre à plusieurs de nos membres des moments inoubliables mais aujourd’hui, la rareté du personnel professionnel ne nous permet plus cet encadrement. Toutefois, grâce au support de son père, cela n’a pas empêché Philippe Guertin de terminer au deuxième rang deux années d’affilée à la traversée amateur du 10 km.

En 1998, devant le constat que le bingo perd en popularité, il faut trouver une autre source de financement majeur pour maintenir nos programmes. Avec l’aide de Geneviève Monast et l’accord du conseil d’administration du temps, Les camps de jour Thématiques Hippocampe naissent. Ayant pour mission : plaisir, sécurité et apprentissage, nos camps, bien supportés par la ville, connaissent un début modeste avec une quarantaine de jeunes la première année. De bouche à oreilles,  la population de Saint-Hubert découvre que nous sommes sérieux et déterminés à devenir un joueur incontournable pour bien s’occuper des jeunes durant les vacances de l’été. Mme Mélissa Caron prends la relève en 2000 et six ans plus tard, nous offrons un service de qualité de sorte que depuis 2006, nous recevons plus de 2000 jeunes à chaque été.

Toujours en 1998, Benoit Huot s’inscrit, pour la première fois, aux championnats canadiens pour athlète ayant un handicap physique. Comment oublié cette fameuse finale du 100 libre ou Benoit allait démontrer tout le caractère qui l’habite. Il remporte la finale et se mérite une place sur l’équipe nationale qui ira en Nouvelle-Zélande pour les championnats du monde. Aux jeux paralympiques de 2000, Benoit remporte 6 médailles dont trois d’or et bat 2 records du monde.

En 2000, Mme Virginie Robitaille, devient la toute première athlète du club de Saint-Hubert à se classer sur l’équipe provinciale pour les jeux du Canada à London en Ontario.

Mathieu Bois, un autre athlète issu du club Hippocampe de Saint-Hubert marquera l’histoire du club,. Dès l’âge de 12 ans, il affiche tout son potentiel en réalisant pas moins de 7 records du Québec particulièrement dans les épreuves de brasse et de quatre nages. Deux ans plus tard, 5 autres records chez les 13-14 ans tombent sous l’acharnement de ses coups de bras et de ses coups de pieds dans l’eau. L’année suivante, la Fédération de Natation du Québec le sélectionne pour une compétition en Italie, sa carrière internationale prend son envol.  En 2004, il prend aussi la direction du centre nationale d’entrainement de Montréal, en 2008 il atteint son rêve, soit de représenter le Canada aux jeux olympiques de Pékin.

Ces athlètes ont fait des petits, d’autres jeunes sont maintenant inspirés par toutes ces performances, mentionnons les Dominique Audy membre de l’équipe nationale jeunesse en 2007 en Australie et Marc-André Benoit, membre de l’équipe nationale junior en 2007 aux États-Unis. D’ailleurs, à l‘automne 2008, ce dernier déménagera à Montréal mais non sans avoir laissé sa trace au club en battant le record provincial du 50 papillon en juillet lors des championnats canadiens groupe d’âge ou, il s’est vu décoré d’une médaille d’argent.

L’année 2008 s’amorce avec plus de 120 nageurs, un record jamais égalé dans l’histoire du club.  120 jeunes remplis de rêves, d’espoirs.  Il appartient à nous de répondre à leurs attentes.

 

Guy Dorion                                                                                                                                                          Entraineur-chef                                                                                                                                                              Club de natation Hippocampe de Saint-Hubert                                                                                                       Novembre 2008

 

Petite mise à jour:  à l’automne 2011 le club des maîtres de St-Hubert s’uni à Hippocampe.  Ils sont désormais une seule et grande famille qui ne cessera de grandir.   Et, depuis décembre 2013, le club de natation Hippocampe a atteint, pour la première fois de son existence, le chiffre magique de 200 nageurs jeunes et adultes combinés.  Comme quoi « le succès appartient aux plus déterminés ».  Nous sommes le onzième plus gros club au Québec.

À l’été 2014, 5 nageurs du club Hippocampe représentent la Rive-Sud pour les jeux du Québec qui se déroulent à Longueuil.  Il s’agit d’Arnaud Lemay, Éliane Dolan, Andréa Coté, Mathieu Thierry Ionescoux-Tremblay et Mathieu Marier.

Pendant la saison 2014-2015, Éliane Dolan, Andréa Coté, Mathieu Thierry Ionescoux-Tremblay et Mathieu Marier s’encouragent à réécrire les records du club.  Certains dataient de plus de 15 ans.

Lien Permanent pour cet article : http://www.clubhippocampe.com/leclub/histoireetmission/